Éléphant sur grand écran présente Rafales au MNBAQ

La version restaurée de Rafales sera présentée le dimanche 1er octobre à 14 h au Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) en présence de Marcel Leboeuf.

 
La nouvelle saison d'Éléphant sur grand écran au Musée national des beaux-arts de Québec (MNBAQ) commence avec éclat en projetant Rafales, un film qu'André Melançon a réalisé en 1990, le dimanche 1er octobre à 14 h, à l'Auditorium Sandra et Alain Bouchard du pavillon Pierre Lassonde. 

La première mondiale de la version restaurée de Rafales a eu lieu cet été au Festival Fantasia, devant une salle comble et médusée par cet excellent thriller. À Québec, Rafales sera projeté en présence de Marcel Leboeuf, l'une des têtes d'affiche du film et coscénariste, qui s'entretiendra avec les spectateurs après la projection. Il sera accompagné des deux producteurs de Rafales: Yuri Yoshimura et Claude Gagnon. À travers tous ses engagements, Marcel Leboeuf tenait à venir à la rencontre des cinéphiles de Québec, c'est donc un événement à ne pas manquer.

Rafales fait partie des trop rares suspenses de la cinématographie québécoise. Le scénario a été élaboré à partir d'une idée originale de Denis Bouchard à laquelle ont ensuite collaboré Marcel Leboeuf et le réalisateur André Melançon. Déjà complices à la Ligue nationale d'improvisation, c'est ainsi que les trois artistes ont eu envie de se retrouver sur un même projet cinématographique, après avoir recruté d'autres acteurs aussi talentueux que Monique Spaziani, Kim Yaroshevskaya, Claude Blanchard, Rémy Girard, Serge Thériault, Raymond Legault, etc.

L'autre grande vedette de Rafales, c'est l'hiver! La neige, la poudrerie à ne pas voir à trois pas devant soi, les rues et les trottoirs couverts de givre, les voitures métamorphosées en iglous, le vent glacial à écorner les rennes du père Noël lui-même, puisque l'action du film se passe durant la période de Noël.

La restauration de Rafales a été faite au laboratoire Mels, par Éléphant sous la direction de Marie-José Raymond et Claude Fournier.

 
Synopsis 
La veille de Noël, une automobile se glisse silencieusement dans l'aire de stationnement d'un centre d'achats. À son bord, trois hommes armés et nerveux préparent un coup. Gérard restera au volant, alors que Normand et Pouliot descendent et se dirigent vers un grand magasin, ils vont toucher au but lorsque Pouliot, pris d'un mauvais présage, se défile tout à coup et retourne à l'auto. Gérard est furieux, il ira, lui, faire tandem avec Normand. À la pointe de leurs revolvers, le gérant de l'entreprise remet la caisse aux deux filous, mais alors qu'ils s'enfuient dans les escaliers mécaniques du centre d'achat, Normand tire stupidement un coup de feu qui tue un père Noël. Il sera pris par la police tandis que Gérard réussit à s'enfuir avec le magot. Philippe Trépanier, un chroniqueur de radio, a été témoin de la scène et il commence à pister le fuyard. Il ne veut pas le faire arrêter, mieux il lui propose son aide. Tour à tour, comme chat et souris, les deux hommes se traquent, s'observent, s'affrontent dans un fascinant duel qui se terminera par une prise d'otage et un dénouement très inattendu.

 
 
##############
 
D'autres passionnés du Cinéma
CTVM Premières vues Régie du cinéma Québécois Cinéma québécois Cinémathèque qu&eacutebécoise ONF Cineac
  • Lexique
  • À propos
  • Copyright © Éléphant - Tous droits réservés

Vous devez avoir un compte Éléphant actif afin de pouvoir nous faire part de vos commentaires.

Ouverture de session

Veuillez saisir votre adresse courriel ainsi que votre mot de passe.

Vous n'êtes pas inscrit?

Vous devez créer un compte Éléphant pour poursuivre.

Vous avez oublié votre mot de passe? Close

Passeport Canoë

QUITTER

Êtes-vous sûr de vouloir quitter la session ?

Oui Non

Envoyer à un ami

Titre de la nouvelle:
Éléphant -- La mémoire du cinéma québecois

Close