Projection de la version restaurée de Léolo le 21 février à la Cinémathèque québécoise

La version restaurée de Léolo sera présentée le 21 février à 19 h à la Cinémathèque québécoise.

 
Il y a des films qu'il faut absolument voir et même revoir, des chefs-d'oeuvre du cinéma! Léolo (1992), le 2e long métrage de Jean-Claude Lauzon, se classe justement parmi ces films inoubliables. Ce film en version restaurée sera présenté, par Éléphant sur grand écran, à la Cinémathèque québécoise, le mardi 21 février prochain, à 19 h. Et fait exceptionnel : la vedette féminine du film, Ginette Reno, sera présente à cette projection et s'entretiendra avec les spectateurs après la projection. 

Léolo, on s'en souviendra, avait été sélectionné en 2010 par Time Magazine comme l'un des cent meilleurs films de l'histoire du cinéma moderne. 

Jean-Claude Lauzon, un des cinéastes les plus talentueux et les plus originaux que nous ayons eus, a péri dans l'écrasement de son avion, avec sa copine Marie-Soleil Tougas, il y a vingt ans cette année. Quelle belle façon de se souvenir de lui en assistant à cette projection de Léolo. Et, par le fait même, quelle occasion de reprendre contact avec Ginette Reno qui révèle dans ce film un talent d'actrice exceptionnel. Elle y est aussi grande qu'une Anna Magnani. Et les comédiens qui l'entourent sont eux aussi remarquables : le jeune Maxime Collin qui interprète le rôle-titre, Julien Guiomar, Andrée Lachapelle, Pierre Bourgault, Denys Arcand, Germain Houde, pour ne nommer que ceux-ci. Et comment ne pas signaler les images de Guy Dufaux, les costumes de François Barbeau, la direction artistique de François Séguin et la narration de Gilbert Sicotte.

Il était naturel pour Éléphant : mémoire du cinéma québécois de s'assurer de la pérennité de Léolo et de sa restauration, qui a d'ailleurs été faite il y a un peu plus de deux ans. En 2014, Cannes Classics, le plus prestigieux des festivals de cinéma, a immédiatement sélectionné cette restauration qui a été projetée devant une salle comble et éblouie par le talent de Jean-Claude Lauzon. Rappelons que Léolo avait été moins bien reçu lorsqu'il fut présenté la première fois au Festival de Cannes dans la compétition officielle de 1992. Il faut dire que Jean-Claude, l'enfant terrible du cinéma québécois, avait fait un esclandre, traversant toute la salle au début de la projection en pestant contre la qualité et le volume du son. Les organisateurs de Cannes, toujours convaincus de la grande faveur qu'ils font à un cinéaste peu connu de sélectionner son film pour la compétition, n'avaient guère apprécié cela. 

Le destin de Léolo restera pour toujours imprégné dans la mémoire de ceux qui voient ce film. C'est pourquoi, même s'il est disponible sur illico et iTunes, il se devait d'être offert aux spectateurs, sur grand écran, à la Cinémathèque.


 
 
##############
 
D'autres passionnés du Cinéma
CTVM Premières vues Régie du cinéma Québécois Cinéma québécois Cinémathèque qu&eacutebécoise ONF Cineac
  • Lexique
  • À propos
  • Copyright © Éléphant - Tous droits réservés

Vous devez avoir un compte Éléphant actif afin de pouvoir nous faire part de vos commentaires.

Ouverture de session

Veuillez saisir votre adresse courriel ainsi que votre mot de passe.

Vous n'êtes pas inscrit?

Vous devez créer un compte Éléphant pour poursuivre.

Vous avez oublié votre mot de passe? Close

Passeport Canoë

QUITTER

Êtes-vous sûr de vouloir quitter la session ?

Oui Non

Envoyer à un ami

Titre de la nouvelle:
Éléphant -- La mémoire du cinéma québecois

Close