Un rôle éclaté pour Emmanuel Bilodeau

Emmanuel Bilodeau dans la comédie Innocent

 
Après avoir passé beaucoup de temps sur scène à ­présenter son spectacle d'humour One Manu Show, Emmanuel Bilodeau renoue avec le cinéma. Cette fois, dans le rôle principal de la comédie Innocent, un film qui lui a permis de s'éclater à fond comme acteur.

Dans cette nouvelle comédie du ­réalisateur Marc-André Lavoie, ­Emmanuel Bilodeau se glisse dans la peau de Francis, un homme qui se retrouve mystérieusement derrière les barreaux, après avoir été impliqué dans quelques incidents malheureux.

En entrevue au Journal, l'acteur de 53 ans dit avoir eu énormément de plaisir à jouer dans cette comédie ­dramatique qu'il décrit comme un ­«suspense tragicomique».

«Il y a un côté mystérieux dans ce personnage qui était très intéressant à jouer. Il a une innocence en lui, mais en même temps, il se met les pieds dans les plats et il a un côté impulsif qui pourrait le pousser à commettre des actes regrettables.»

Une belle complicité 
 
Ayant déjà travaillé avec Marc-­André Lavoie dans le passé (notamment dans Bluff et Y'en aura pas de facile), ­Bilodeau savait dès le départ qu'il aurait beaucoup de liberté sur le plateau de tournage d'Innocent.

«Il y avait déjà une belle complicité entre Marc-André et moi, je savais donc que j'allais pouvoir me laisser aller et que je pourrais proposer tous les ­niveaux de jeu. Le cadre n'était pas ­défini d'avance et on pouvait se réinventer, aller plus loin. C'est très ­intéressant pour un comédien.»

Les moyens du bord
 
Comme plusieurs des films ­précédents de Marc-André Lavoie, Innocent a été tourné avec les moyens du bord. Étant donné que le film relate différentes périodes de la vie du personnage de Francis, chacun de ces segments met en vedette des acteurs différents réunis autour de ce même Francis. Par exemple, dans un des segments, Pascale Bussières joue la blonde de Francis. Dans un autre, c'est Sandrine Bisson qui incarne son amoureuse précédente. Mahée Paiement, David La Haye et Dorothée Berryman ont aussi des rôles dans le film.

«Comme je joue avec des acteurs ­différents à chaque fois, j'ai eu l'impression de jouer dans plusieurs films différents. C'était un défi pour moi parce que je ne savais pas tout de l'intrigue et du personnage quand on tournait. Je me suis donc bâti mes petites histoires à moi pour me préparer. Il fallait aussi que je réussisse à me replonger dans le personnage, en restant juste, parce qu'il y avait parfois plusieurs mois entre chaque portion de tournage.» Le film a en effet été tourné sur une quinzaine de jours, échelonnés sur une période d'un an et demi.

Plus de cinéma

Emmanuel Bilodeau ne cache pas qu'il aimerait jouer au cinéma de façon plus régulière. Mis à part un petit rôle dans Le Revenant d'Alejandro Gonzalez ­Inarritu, l'acteur n'avait pas tenu la ­vedette d'un film depuis la comédie Le colis de Gaël d'Ynglemare en 2011 et surtout depuis le drame Curling de Denis Côté l'année précédente.

«C'est sûr que j'aimerais en faire plus, admet-il. J'aime tellement les tournages. Je sens que je suis tombé dans les craques du plancher. Les gens ne pensent pas souvent à moi pour des rôles au cinéma et à la télé. En même temps, je suis tellement pas bon en ­auditions que quand j'auditionne pour un rôle, je ne l'ai pas. J'ai l'impression qu'il faut qu'on me fasse confiance tout de suite pour que je joue dans un film. Il y a plein de films que je n'aurais ­probablement pas pu faire si j'avais eu à passer des auditions. Dans le film ­Curling, par exemple, j'ai gagné le prix du meilleur acteur au Festival de ­Locarno pour ce rôle, mais je suis sûr que j'aurais raté l'audition. Heureusement, Denis Côté me l'avait offert ­directement. Et ça me donne des ailes quand les gens m'accordent cette confiance tout de suite.»
 
La comédie Innocent prend l'affiche vendredi prochain (le 13 octobre) après avoir été présentée au Festival du nouveau cinéma (FNC). 
 
 
 
##############
 
D'autres passionnés du Cinéma
CTVM Premières vues Régie du cinéma Québécois Cinéma québécois Cinémathèque qu&eacutebécoise ONF Cineac
  • Lexique
  • À propos
  • Copyright © Éléphant - Tous droits réservés

Vous devez avoir un compte Éléphant actif afin de pouvoir nous faire part de vos commentaires.

Ouverture de session

Veuillez saisir votre adresse courriel ainsi que votre mot de passe.

Vous n'êtes pas inscrit?

Vous devez créer un compte Éléphant pour poursuivre.

Vous avez oublié votre mot de passe? Close

Passeport Canoë

QUITTER

Êtes-vous sûr de vouloir quitter la session ?

Oui Non

Envoyer à un ami

Titre de la nouvelle:
Éléphant -- La mémoire du cinéma québecois

Close