Nouvelle Une année de rêve pour le cinéma québécois - Éléphant : mémoire du cinéma québécois

Une année de rêve pour le cinéma québécois

 
Aidé par le succès des films De père en flic 2, Bon cop, bad cop 2 et Junior Majeur, le cinéma québécois a connu en 2017 sa meilleure année au box-office depuis 2009, révèle le bilan annuel de l'agence Cinéac, dévoilé mardi matin.

Entre le 30 décembre 2016 et le 28 décembre 2017, le cinéma québécois a obtenu une part de marché de 11,2 %, une nette amélioration par rapport à sa performance de 2016 (5,1 %). Au cours des cinq années précédentes, la part de marché des films québécois avait oscillé entre 4,8 % et 9,9 %. Il faut remonter à 2009 (12,8 %) pour retrouver une année où la part de marché du cinéma québécois avait dépassé les 10 %.

Autre signe que 2017 a été une année d'exception pour le cinéma québécois au box-office, deux productions locales (De père en flic 2 et Bon cop, bad cop 2) figurent au palmarès des cinq films les plus populaires dans les salles de la province au cours des 12 derniers mois. C'est toutefois un film hollywoodien, La Belle et la Bête, qui a été le plus lucratif au Québec en 2017, avec des recettes de 6,7 M$.


La belle performance des films québécois a eu un impact sur le cinéma américain, qui a vu sa part de marché glisser, de 88,4 % en 2016 à 79,3 % en 2017.
 
 
##############
 
/static/infolettres/2017/infolettre_octobre.html
D'autres passionnés du Cinéma
CTVM Premières vues Régie du cinéma Québécois Cinéma québécois Cinémathèque qu&eacutebécoise ONF Cineac
  • Lexique
  • À propos
  • Copyright © Éléphant - Tous droits réservés

Vous devez avoir un compte Éléphant actif afin de pouvoir nous faire part de vos commentaires.

Ouverture de session

Veuillez saisir votre adresse courriel ainsi que votre mot de passe.

Vous n'êtes pas inscrit?

Vous devez créer un compte Éléphant pour poursuivre.

Vous avez oublié votre mot de passe? Close

Passeport Canoë

QUITTER

Êtes-vous sûr de vouloir quitter la session ?

Oui Non

Envoyer à un ami

Titre de la nouvelle:
Éléphant -- La mémoire du cinéma québecois

Close